L’école Notre-Dame de Belle Etoile est un lieu d’apprentissage qui s’efforce d’être le plus en adéquation possible avec les besoins fondamentaux de l’élève ; elle cherche à le faire grandir dans toutes ses dimensions : corps, cœur, âme, esprit. Les enseignants accompagnent chacun afin qu’il parvienne à s’approprier ses facultés et à raisonner pour les utiliser à bon escient. Il s’agit de deux étapes fondamentales pour que l’élève acquière son autonomie et puisse, une fois adulte, s’appuyer sur de solides bases lui permettant de s’épanouir sur le plan professionnel aussi bien que personnel. L’équipe pédagogique organise les apprentissages autour de plusieurs axes structurants.

 

HABITER SON CORPS

Dès la maternelle, l’enfant apprend à habiter son corps, à l’appréhender et à découvrir les merveilleuses facultés dont il est doté.

La motricité est l’outil essentiel et premier qui permet une bonne mise en place des notions d’espace, de quantité et de latéralisation. C’est seulement dans un second temps que ces notions sont travaillées par des activités sur fichiers. Un enfant ne peut repérer sa droite et sa gauche, ni intégrer les notions de devant, derrière, dessus, dessous, sans l’avoir expérimenté avec son corps. De nombreuses activités, ainsi que des parcours réalisés souvent en extérieur, permettent à chaque élève de s’approprier les repères essentiels à son travail et à sa vie de tous les jours. Quelques exemples d’activités Montessori pratiquées à l’école :

  • Apprendre les gestes du quotidien : enlever ses chaussures, enfiler ses chaussons au bon pied, boutonner, déboutonner, fermer ou ouvrir une fermeture éclair, lacer, délacer etc.
  • Préparer le geste scripteur : travailler la « pince » entre le pouce et l’index pour pouvoir ensuite tenir correctement le stylo, par exemple en pinçant une pince à linge ou en saisissant des billes avec une pince en bois.
  • Développer l’habileté, par exemple en versant un récipient dans un autre.

 

PARTIR DU CONCRET

Pour les matières fondamentales, telles que l’apprentissage des mathématiques et du français (langage oral et écrit), l’enfant a besoin de partir de choses qu’il a déjà expérimentées, qu’il visualise, pour progressivement ensuite parvenir à un certain niveau d’abstraction. Si l’abstraction ne se rattache à rien, ne s’ancre pas dans le réel, les notions resteront étrangères à l’enfant.

Ainsi, dès la maternelle, les enfants entrent dans les mathématiques de façon ludique et incarnée. Ils apprennent à compter avec leur corps : dénombrer ses camarades, compter à la marelle, mémoriser une quantité lors d’un déplacement (aller chercher 3 cubes à un endroit, puis 2 à un autre pour pouvoir ensuite les additionner), ranger par paires ou par groupes, partager des bonbons pour des anniversaires etc.

C’est ce qui leur permettra, plusieurs années après, de maîtriser le passage à l’écriture mathématique dite abstraite, mais néanmoins pleine de sens pour eux.

Grâce aux bases solides ainsi acquises dès le plus jeune âge, le calcul mental peut être mis en place dès la GS et permet aux enfants arrivés en CM de réussir des calculs de tête complexes : divisions en plusieurs étapes, multiplications avec des nombres inférieurs à 100, enchaînement de plusieurs calculs mentaux.

L’approche concrète comme base des apprentissages est aussi déployée en français. Il s’agit d’amener l’élève à incarner sa conjugaison et sa grammaire. Ce dernier découvre ainsi par exemple toute l’importance du pronom JE, du verbe ETRE tellement plus essentiel que son collègue AVOIR. La découverte de l’être permet à l’enfant de s’approprier son MOI. Autre exemple : pour mettre en place la notion de passé, présent, futur, rien de tel que de faire des exercices sur la cour (CF FILM). Enfin, pour la grammaire, les notions de Sujet, COD, COI, Complément circonstanciel sont intégrées à travers des mises en scène concrètes vécues par les élèves.

Tous ces acquis sont réinvestis dans le travail régulier de la dictée et de la rédaction pour permettre à l’enfant d’écrire de façon correcte et structurée des textes cohérents, reflétant sa pensée ou son imagination, en fonction des questions qui lui sont posées. Il travaille ainsi la fluidité de son expression pour lui permettre dans les classes futures d’appréhender au mieux l’exercice difficile de l’argumentation.

 

ENTRER DANS LA LECTURE ET L'ECRITURE AVEC TOUTES SES FACULTES

Les élèves étant habitués à habiter leur corps et à partir du concret, l’entrée dans la lecture et l’écriture se fait très naturellement.

La méthode gestuée Jean qui rit associe chaque lettre ou son à un geste qui aide l’enfant kinesthésique à mémoriser le lien graphème / phonème. L’histoire et la chanson qui illustrent et présentent chaque lettre prennent du sens auprès des enfants visuels et auditifs. C’est ainsi que nos élèves peuvent entrer sans difficulté dès la grande section dans une lecture fluide des sons simples.

La lecture ne s’apprend pas sans l’écriture. L’enfant apprend donc d’abord à former les lettres dans la semoule, la pâte à modeler, à passer son doigt sur les lettres rugueuses, à les repasser avec divers moyens (feutres, crayons, peinture, etc.). Ensuite, il découvre l’écriture en lettres muettes (lettres cartonnées qui permettent à l’enfant de copier ou d’écrire des mots sous la dictée), puis il utilise le crayon, avant d’apprendre à utiliser la plume et enfin le stylo plume.

Toutes ces étapes préparent le geste scripteur et lui donnent toute son importance, car il est indispensable pour permettre le bon fonctionnement du cerveau, d’où l’effet dévastateur des écrans et claviers. En effet, les recherches récentes en neurosciences ont montré que l’enfant devait nécessairement écrire pour permettre à son fonctionnement cérébral de se mettre en place.

 C’est jusqu’en CM2 que l’enfant travaille le soin et la formation des lettres, tant pour son bon développement cérébral que pour faire grandir son désir du beau et du travail bien fait. L’apprentissage des lettres est parfait par un travail d’enluminure des lettres majuscules en CM.  

 

EVEILLER AU MONDE DANS TOUTES SES DIMENSIONS 

 

  • Développer la culture générale en attisant la curiosité

L’éveil de la curiosité se fait au travers de différentes matières : de l’Histoire de France, en passant par la géographie de notre pays, de l’Europe et du monde, sans oublier les sciences, leçons de choses, poésies, théâtre et le chant choral : tout est sujet à questionnement et émerveillement.

La méthode que nous utilisons en Histoire a été éditée par la Fondation pour l’école. D’une grande qualité, cette dernière prévoit une progression du CP au CM2 et permet aux enfants, grâce aux fichiers magnifiquement illustrés propres à chaque niveau, de comprendre d’où ils viennent pour mieux s’enraciner dans la société actuelle. Certaines sorties de classe peuvent venir illustrer une période étudiée en classe. L’année dernière, la visite de la Grande Chartreuse et de l’atelier d’enluminures, permit aux enfants de CM de faire un grand bond dans le temps en devenant pour quelques instants un moine copiste du Moyen-Age.

L’apprentissage de la géographie et des sciences, rendu concret par des cartes, des schémas et dès que cela est possible par l’observation concrète du phénomène ou de l’objet, font de ces matières des laboratoires pour chercheurs en herbe. Les sorties de fin d’année contribuent à illustrer les leçons académiques : qu’il s’agisse de la fenaison, de la naissance du petit veau, de l’attelage du cheval ou de la visite du muséum d’histoire naturelle pour les plus jeunes, tout cela contribue à interpeller nos élèves dont la curiosité est insatiable mais nécessite d’être aiguisée.

Le chant et le théâtre permettent aux enfants de se révéler sous d’autres facettes que le travail scolaire, et amènent à développer la confiance en soi.

Le choix d’un thème pour l’année aide les enfants à mieux rentrer dans les apprentissages car ils ont cette faculté d’imagination qui leur permet de se transporter dans une autre époque, ou culture, et de s’y investir pleinement. Cela harmonise la vie de l’école et permet de préparer un spectacle final en mêlant toutes les classes. Cette année, les enfants seront les pèlerins du Mont Saint Michel (les Miquelots). Ils découvriront la Mère Poulard, le moine copiste, les tailleurs de pierre, les pêcheurs, Saint Michel, Saint Aubert. Ils habiteront les provinces de Bretagne, Normandie, Jersey et Guernesey et vivront plusieurs grands jeux pour découvrir l’histoire de ce lieu peuplé d’Histoire et de légendes, ce qui leur permettra de préparer un spectacle alliant danse, chant et théâtre.

 

  • Initier aux langues

Les enfants découvrent la langue anglaise dès la maternelle. En petite et moyenne section, ils apprennent de petites chansons, ainsi qu’à prononcer leurs premiers mots tirés du langage courant. En CE, ils enrichissent leur vocabulaire quotidien et découvrent les chiffres et les couleurs, à l’oral toujours. Ce n’est qu’en CM1 et surtout CM2 qu’ils utilisent l’anglais écrit, après avoir appris les incontournables verbes « to be », « to have », « must » et « do », qu’ils manient dans de petits dialogues tirés de la vie de tous les jours.

Par ailleurs, il est occasionnellement proposé aux élèves de CM de se plonger dans de petites séances d’étymologie, éveillant ainsi en eux le goût pour la langue latine qu’ils étudieront peut-être au collège.